Salon 2019: tendances & analyse du marché belge

L'année 2018 s’est clôturée avec 549.632 voitures neuves immatriculées, un chiffre légèrement en hausse (+/3.000 véhicules) par rapport à l'année précédente. Et, il fallait s 'y attendre, une progression des véhicules à motorisation essence.


Entamée en 2012, la chute des immatriculations de voitures neuves pourvues d’une motorisation diesel s’est encore accélérée au cours de l’année 2018. Alors que ce carburant représentait non moins de 75,3% du marché des voitures neuves fin 2011, il a vu depuis lors constamment reculer ses parts de marché pour ne plus désormais représenter que 35,5% des ventes de voitures neuves. En 2018, la motorisation essence a profité presqu’intégralement du recul du diesel, les parts de marché perdues par l’un étant presqu’égales aux parts de marchés gagnées par l’autre. Quant aux motorisations alternatives, leurs parts de marché progressent, certes, mais encore trop lentement. • Immatriculations de voitures neuves par type de motorisation en Belgique

C’est en Région de Bruxelles-Capitale que la part des immatriculations de voitures diesel est restée la plus importante en 2018, avec 44% de voitures diesel immatriculées contre 35,6% en Flandre et 31% en Wallonie. C’est par contre en Région Flamande que la part de marché des motorisations alternatives (hybrides, gaz naturel et électriques, soit 6,9% cumulés) a été la plus importantes tandis que la Région Wallonne a possédé la part de marché la plus importante en matière d’immatriculations de motorisations essence (65,3%)

Source FEBIAC

Publié par
Rédaction
Equipe de passionnés qui n'a qu'un seul objectif : vous proposer le meilleur de l'Automobile, que ce soit pour vous informer, vous conseiller ou vous divertir !
Réagissez à cette publication

Suivez-nous

Inscrivez-vous à notre newsletter

Hot news, bons plans, concours...
Ne manquez rien d'Auto-Max.be !

Concours

Dernières publications