Abarth Spider : le Scorpion prêt à piquer !

Il était annoncé... Le voici ! Le Spider badgé Abarth, dérivé de la Fiat 124 Spider, elle-même cousine de la Mazda MX-5, débarque.


Siglé Scorpion

En digne héritier de ses ancêtres qui se sont illustrés en course dans les années 70, le Spider affiche ses peintures de guerre : capot et couvercle de malle en noir mat. Pour la petite histoire, sachez que le noir mat était à l'origine prévu pour éviter tout éblouissement du pilote. S'il a fière allure avec cette livrée néanmoins voyante et que vous préférez être plus discret, vous pouvez sans supplément opter pour une carrosserie unie.


Habitacle en rouge et noir !

Le ton est donné : le cadran proéminent du compte-tours est rouge vif sur fond noir, le volant recouvert de cuir noir à coutures rouges est muni d'un cerclage rouge autour du point zéro. Les sièges façon baquet marient eux aussi le rouge et le noir. L'ensemble est très réussi avec une finition visiblement soignée.


Une véritable Abarth

Si la base est bien la Fiat 124 Spider, le département Abarth Racing Team a intégré tous les ingrédients habituels de la marque : différentiel autobloquant à glissement limité, amortisseurs Bilstein, freins Brembo à étriers rouges, barres anti-roulis épaissies, voies élargies, suspensions raffermies, sièges et pédalier Sport, échappement Monza à 4 sorties qui libère une sonorité virile bien agréable à l'oreille, béquet rouge sous la calandre inférieure et diffuseur arrière.


Une véritable sportive ?

Le 1.4 Turbo MultiAir de 140 ch de la Fiat est ici poussé à 170 ch. Il développe 250 Nm, atteint 232 km/h en vitesse de pointe et abat le 0 à 100 km/h en 6,8 s. Sur le papier, avec une répartition idéale des masses 50/50, un gabarit compact (4,05 m), un centre de gravité très bas, un châssis rigide malgré l’absence de toit et un poids de seulement 1.060 kg, ce Spider Abarth devrait confirmer notre première impression de conduite positive. De plus, la propulsion assortie de la possibilité de déconnecter les aides à la conduite devrait ravir les amateurs de conduite sportive. Mais un rapide essai d'un quart d'heure sous la pluie dans un quartier urbain ne nous permet pas, pour l'instant, de vous en dire plus...


La facture qui fâche

Si ce joli joujou fait déjà palpiter votre coeur, apprêtez-vous à faire un joli chèque. Equipé de la boîte manuelle à 6 rapports, il sera à vous pour 40.000€. Si vous préférez la boîte séquentielle à 6 rapports avec palettes au volant, il faudra monter à 42.000€. Et il faudra débourser 2 000€ supplémentaires pour la climatisation automatique, le GPS à écran tactile de 7 pouces et la connexion Bluetooth, et encore 2.000€ pour le Pack Visibility + comprenant les phares avant LED, les capteurs de luminosité et de pluie, les lave-phares avant et le capteur de recul arrière. Là, vous aurez le top du top !


En résumé

On aime

Look sympa
Finition soignée
Sonorité du moteur


On aime moins

Prix
Pack d'options (dont la clim auto, la navigation et autres raffinements) facturés 2.000€
Moins puissante que l'Abarth 595

Publié par
Nadine Vanhalle
Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, Nadine a travaillé pour de nombreuses publications : Auto Hebdo, Auto Trends, ELLE Belgique, L'Evènement... En 2006, elle a lancé son propre magazine sous le nom d'Auto Max (devenu Auto-Max.be).
Réagissez à cette publication

Suivez-nous

Inscrivez-vous à notre newsletter

Hot news, bons plans, concours...
Ne manquez rien d'Auto-Max.be !

Concours

Dernières publications