Infiniti Q30 : jouer l'outsider avec style !

Avec la tant attendue Q30, Infiniti présente son premier modèle entièrement conçu en Europe et pour l'Europe. Se fera-t-elle une place parmi les ténors germaniques ? Verdict !


Ingrédients de base

Depuis 2014, Infiniti n'a cessé d'augmenter ses ventes mondiales. Le continent européen n'y échappe pas mais reste le marché le plus difficile à conquérir. Avec la Q30, la donne devrait changer ! Car, non seulement, elle s'inscrit comme un modèle majeur pour l'Europe, mais en plus, elle sera produite sur le Vieux Continent. En Angleterre, plus exactement, dans les usines renouvelées de Sunderland. Good point ! Car les délais de livraison seront moindres pour nous, Européens ! La seconde bonne note provient des éléments empruntés à des constructeurs qui n'ont plus à bâtir leur image dans nos contrées. La plateforme, héritée de la Classe A, et certaines motorisations proviennent de chez Mercedes (2.0 turbo essence 211 ch et 2.2 diesel 170 ch). Et grâce à l'alliance Renault-Nissan - rappelons qu'Infiniti opère comme la marque luxueuse de Nissan - les motorisations les plus frugales (1.6 turbo essence 122 ch ou 156 ch et 1.5 diesel 109 ch) proviennent de la marque au losange. Les ingrédients primaires semblent donc bons mais cela suffit-il pour s'attaquer à l'exigeant segment C premium ?


Des formes différentes

Sur un plan purement esthétique, c'est une incontestable réussite. Les lignes sont innovantes et les courbes, plutôt sensuelles. Rien que pour cela, la Q30 devrait trouver sa clientèle. Les proportions sont celles d'une Mercedes GLA - qui n'est pas vraiment une concurrente ! -, tout en sachant qu'une version bodybuildée baptisée QX30 suivra cet été. On se serait donc attendu à davantage de place, surtout à l'arrière, là où les grands gabarits se sentiront à l'étroit. En cause ? Les jolies courbes justement, qui entraînent une ligne de toit tombante, comme celle d'un coupé. A l'avant, les habitués de Mercedes ne seront pas perdus ! Cela commence dès l'obtention de la clé de contact sur laquelle l'étoile est seulement remplacée par le sigle Infiniti. Les commodos, le volant et les compteurs ? Signé Mercedes aussi ! La différence s'observe au niveau des courbures de la planche de bord, où certains matériaux, aux coloris chaleureux, offrent une réelle identité à cette Q30. Les cuirs sont très bien finis et les sièges, hyper confortables. Dommage que des plastiques durs soient encore trop présents et qu'au final l'ambiance intérieure ne soit pas à la hauteur des galbes extérieurs.


Le parti pris du confort

La différence se fait-elle également sur la route ? Complètement ! L'esprit de la Q30 est orienté confort. A tel point qu'avec le léger 1.5 diesel (made in Renault), la suspension pompe sur la moindre petite bosse. On aurait aimé un châssis plus ferme et plus dynamique. Mais fort heureusement, les réglages d'amortissement sont modifiés avec les motorisations plus importantes (2.2d et 2.0t). Et ça, c'est vraiment bien vu. La direction devient aussi moins légère et ainsi, plus agréable. Mais pour un peu de dynamisme, il faudra se tourner sans hésiter vers le châssis sport, 15 mm plus près du sol et affermi de 7%. Côté chaîne de traction, les 109 ch du 1.5 nous ont parus un peu faiblards. A tel point que dans une côte d'un petit patelin portugais, on était à deux doigts de repasser la première ! A sa décharge, ce bloc est le seul à offrir une consommation correcte en pratique (3,9 l/100 km en moyenne). Heureusement !


Bon rapport prix/équipement

En équipements proposés, la barre est placée haut pour le segment. Mémorisation de position des sièges à l'avant, reconnaissance des panneaux routiers, caméra de parking à 360°, surveillance d'angles morts et alerte anti-collision... Tout cela est compris pour un prix équivalent aux concurrents premium ! Mais, bizarrement, certains de ces équipements ne sont pas disponibles sur la version Sport... Et ça, c'est vraiment dommage !


Belle alternative pour se différencier

Verdict ? Oui, cette Q30 devrait séduire le coeur des Européens. Son design permet de sortir du lot et pourrait poser bien des problèmes aux traditionnelles BWM Série 1, Mercedes Classe A, Audi A3 ou encore à la Volvo V40. En plus, pour 24.750€ d'entrée de gamme, avec des équipements au top et la possibilité d'opter pour une transmission intégrale, cette Infiniti se révèle très compétitive sur son segment. Il ne reste qu'à développer le réseau de distribution et se faire un nom, ce dont nous parlait Eric Rigaux, Product Manager de la marque pour l'Europe, dans notre récente interview.


EN RESUMÉ


On aime

- Identité stylistique
- Choix varié de motorisations
- Amortissement et direction adaptés en fonction de la motorisation
- Confort, sécurité et équipements au top du segment C premium

On aime moins

- Consommation 2.2d et 2.0t
- Accès et habitabilité places arrière
- Réseau encore à développer (mais c'est en cours)

Publié par
Maxime Pasture
Branché autant sur l'industrie que le sport auto, Maxime fait de sa passion son métier en exerçant comme journaliste indépendant pour diverses rédactions. Suivez-le également sur son blog : http://adrnalyn.wordpress.com.
Réagissez à cette publication

Suivez-nous

Inscrivez-vous à notre newsletter

Hot news, bons plans, concours...
Ne manquez rien d'Auto-Max.be !

Concours

Dernières publications