24h de Spa : retour sur une course passionnante et riche en rebondissements

Nous vous l'annoncions hier sur le coup de 16h30 : Maxime Martin, Alexander Sims et Philippe Eng ont remporté les 24h de Spa ! L'heure est donc maintenant de revenir sur cette victoire pleine de panache et d'évoquer les autres faits marquants de cette 69ème édition du double tour d'horloge ardennais.


BMW et Maxime Martin d'outsiders à vainqueurs

A l'issue des qualifications, Maxime Martin l'avouait volontiers : il y avait "encore du boulot" et question performances les Mercedes étaient "loin devant". Sachant qu'en plus la M6 n'en est qu'à ses débuts en endurance, personne ne pariait vraiment sur une victoire de BMW. Mais c'était mal connaitre Maxime et ses équipiers, qui ont fait preuve d'une régularité à toute épreuve sans connaitre le moindre ennui ou presque et pointaient déjà en première position dès la 4ème heure de course, pour ne plus la lacher ou presque jusqu'à l'arrivée. Une belle preuve que rien n'est jamais joué d'avance à Spa.


Mercedes revenu de loin

Après la débacle de 2015 (la première SLS AMG avait terminé 13ème), Mercedes espérait bien rectifier la tir cette année et s'adjuger un nouveau sacre après celui de 2013 mais voyait ses chances fortement diminuées à l'issue de la super pole. En effet, les 6 AMG qui avaient signé les 6 meilleurs chronos des qualifications ont été lourdement pénalisées en raison d'un boitier d'allumage jugé non conforme. Partant plus loin sur la grille, les 6 bolides à l'étoile se voyaient ainsi également infligés une pénalité de 5 min, ce qui les a obligé à tout donner pendant 24h pour remonter aux avant-postes. Au final, c'est à la 2ème place que l'AMG #88 du trio Vautier/Rosenqvist/Van der Zande passait le drapeau à damier, avec seulement 1'55'' de retard sur la BMW #99 du Rowe Racing. La victoire était donc largement envisageable, mais bon... les règles sont les règles ! Deux autres Mercedes du team HTP Motorsport s'emparent quant à elles des 5ème et 6ème places, à respectivement 1 et 2 tours du leader : celle de Jäger/Paffett/Gotz (#86) et celle de Baumann/Jaafar/Buhk (#84).


Audi pas si loin que ça

Comme nous vous le disions, Audi était logiquement l'un des grands favoris des 24h vu le nombre de R8 LMS alignées et l'expérience de la marque aux anneaux sur la classique spadoise. La #6 de Mies/Stippler/Winkelhock a d'ailleurs fait illusion pendant longtemps mais a finalement dû abdiquer, prenant feu suite à... une crevaison à un peu de plus de 4h de l'arrivée, alors qu'elle occupait la 3ème place et semblait pouvoir chambouler la hiérarchie. Dès lors, tous les espoirs d'Audi se tournaient vers la #28 du team WRT, pilotée par Rast, Vanthoor et Muller, mais lourdement touchée suite à un choc avec une Jaguar en perdition après quelques heures de course, cette dernière n'a jamais réellement pu refaire son retard et doit donc se contenter d'une 3ème place finale. Notez également la belle 8ème place du trio De Leener/Baguette/Kaffer qui pilotait une autre R8 engagée par WRT.


Maxime Soulet et Wolfgang au pied du podium

Sa 3ème place, l'Audi R8 LMS #28 la doit en grande partie aux malheurs de la Bentley Continental #8 de nos compatriotes Maxime Soulet et Wolgand Reip qui faisaient équipe avec Andy Soucek. En bagarre constante pour la victoire avec la BMW #99 du Rowe Racing, l'équipage du team M-Sport avait en effet tout pour briller mais c'était sans compter sur de nombreuses erreurs de stratégie et pénalités. La pluie, faisant son apparition à 30 min de l'arrivée, aura ainsi eu raison du bolide britannique qui voyait le podium s'échapper peu après 16h00 suite à changement de pneus raté - le team pensait que le voiture devait s'arrêter 45 secondes mais ce n'était pas le cas - et doit finalement se contenter d'une 4ème place à moins de 2 secondes de l'Allemande.


Porsche devant en catégorie PRO-AM

Après une lutte intense avec l'Audi ISR #74 de Perera/Lapierre/Hassid/Giauque, c'est finalement la Porsche #76 du team IMSA Performance qui s'impose en PRO-AM. Bien pilotée par la quatuor Pilet/Jousse/Narac/Cornac, elle se paie même le luxe de terminer dans le top 10 au général. A la 3ème place, on retrouve la Lamborghini Huracan #666 de Minshaw/Keen/Gavin/Osborne.


Ferrari devant en catégorie AM

Leader pendant près de 200 tours, la Ferrari #49 Kapersky Motorsport sur laquelle était aligné notre compatriote Stéphane Lémeret a dû jeter l'éponge en raison d'ennuis mécaniques. S'en est suivi un très beau duel entre deux autres protagonistes de la marque italienne : la #888 Kessel Racing et la #51 AF Corse. Cette dernière voyait finalement tous ses espoirs de victoire s'envoler à 3h de l'arrivée, Mastronardi perdant quelques précieuses minutes suite à un accrochage avec un autre concurrent. Notez que Stéphane Lémeret conserve néanmoins la tête du championnat grâce aux points comptabilisés après 6 et 12h.


La Coupe du Roi pour Audi et le Groupe N pour Porsche

Comme chaque année, la Coupe du Roi récompensait le constructeur le plus performant au général dans les différentes catégories (Overall, Pro-Am et Am). Et à ce petit jeu, c'est Audi qui a été le plus fort pour la 3ème fois consécutive. Avec respectivement, trois, deux et une voiture marquant des points dans chacune des catégories, le constructeur d'Ingolstadt totalise 109 points, contre 92 pour Ferrari et 74 pour Lamborghini. Notez enfin que c'est la Porsche #911 de Notari/Bachelier/Mallegol/Blank qui s'est imposée en Groupe N, catégorie qui faisait son retour à Spa après plus de 10 ans d'absence mais dans laquelle seules deux voitures étaient inscrites...


Pour les résultats complets, rendez-vous sur le site officiel des 24h de Spa.

Publié par
Rédaction
Equipe de passionnés qui n'a qu'un seul objectif : vous proposer le meilleur de l'Automobile, que ce soit pour vous informer, vous conseiller ou vous divertir !
Réagissez à cette publication

Suivez-nous

Inscrivez-vous à notre newsletter

Hot news, bons plans, concours...
Ne manquez rien d'Auto-Max.be !

Concours

Dernières publications